SETCa Brabant Wallon > News > Lunch Garden : LA DIRECTION DOIT CHANGER SON FUSIL D’ÉPAULE

Lunch Garden : la direction doit changer son fusil d'épaule

 

LES EFFORTS CONSIDÉRABLES DU PERSONNEL

En 2009, Lunch Garden se trouvait dans une situation financière extrêmement difficile. A l’époque, la direction vous a demandé de faire d’importants efforts en termes de salaire et flexibilité. Il n’y avait pas d’autres alternatives pour assurer la relance de l’entreprise. Flexibilité, polyvalence, temps partiels, pression au quotidien, réorganisation des restaurants (remodelings), charge de travail considérable, etc. Afin de maintenir Lunch Garden à flot, vous avez accepté beaucoup de sacrifices. Avec force, courage et motivation, vous vous êtes tous investi au quotidien pour assurer la rentabilité et faire redémarrer l’activité de votre entreprise.

 

UNE DIRECTION INFLEXIBLE, UN DOUBLE DISCOURS…

Aujourd’hui, la direction continue à faire pression et à exiger toujours plus de flexibilité. Et ce, sans concéder à octroyer la moindre compensation. Depuis de nombreux mois déjà, nous réclamons en effet une amélioration de vos conditions de travail, ce que la direction a toujours balayé d’un revers de la main en prétextant des difficultés financières. Intransigeante, celle-ci a refusé catégoriquement toutes les revendications du personnel. Tirant constamment sur la corde, elle invoque la nécessité de faire des efforts supplémentaires. La situation de Lunch Garden serait aussi catastrophique qu’en 2009 aux dires des dirigeants… Le discours des actionnaires (ceux-là même qui détiennent les cordons de la bourse) est pourtant tout autre. Dans de récentes déclarations à la presse, le principal actionnaire H2 Equity Partners a affirmé que la rentabilité actuelle des restaurants de ‘raisonnable’. Un tableau qui n’est donc pas aussi noir que ce que la direction voudrait faire croire…

À ce double discours de la direction et au mépris des efforts des travailleurs s’ajoute aussi un certaine dose de mauvaise foi et de non-respect de la parole donnée. Vous le constatez quotidiennement : sur le terrain, les dérives sont nombreuses et bien souvent, ce qui est imposé aux travailleurs ne correspond pas à qui a été négocié avec la direction. Exiger toujours plus en en donnant le moins possible : voilà le leitmotiv des dirigeants du groupe ! Le dernier exemple en date concerne l’ouverture des restaurants une demi-heure supplémentaire ce vendredi 12/10. Il avait été convenu que les travailleurs consentent à faire un énième effort et effectuent à cette date des prestations supplémentaires. Une ouverture exceptionnelle qui s’est transformée, dans les communications de la direction, en une demi-heure hebdomadaire récurrente. Une fois encore, la direction outrepasse les accords conclus pour presser encore plus le personnel. De même, nous ne sommes pas d’accord avec la proposition d’affichage des horaires (2 semaines à l’avance), qui induit de nouveau une extrême flexibilité des travailleurs.

 

NOS REVENDICATIONS SONT LÉGITIMES

Cette situation ne peut plus durer. Bon nombre de travailleurs sont à bout. Il est temps que la direction change son fusil d’épaule et s’engage envers les travailleurs comme ceux-ci se sont engagés pour leur entreprise au cours des dernières années. Nos revendications sont légitimes : nous exigeons qu’il y ait des bras en suffisance pour assurer le travail, une augmentation des heures de contrat, la suppression de la petite flexibilité et que la polyvalence soit équilibrée et rémunérée. Nous demandons que les accords conclus (règlement de travail et des CCT) soient respectés, que les efforts fournis pendant ces 3 ans soient enfin récompensés. Nous le ferons fermement savoir lors des futures négociations avec la direction et mettrons tout en œuvre afin d’obtenir enfin des avancées sérieuses pour tous les membres du personnel.

Vos représentants SETCa